Aller au contenu principal 

t'as lu?

Partage
Vous êtes séronégatif

Prise de risque il y a moins de 72h:

Vous devez consulter un spécialiste au plus vite, afin d'évaluer s'il est nécessaire de vous proposer ou non untraitement post-exposition (TPE) contre le VIH. En journée, il suffit de se rendre dans l'un des Centre de référence SIDA ; le soir et les week-end dans l'un des services d'urgence rattaché à l'un des Centre de référence SIDA.

Prise de risque il y a plus de 72 h :

Si on ne vous a pas proposé le TPE (parce que vous étiez hors délai, ou que le médecin a jugé que le TPE n'était pas nécessaire), protégez vos rapports sexuels jusqu'à pouvoir être certain de n'avoir contracté aucune IST dont le VIH.

Le seul moyen de savoir est de faire un dépistage du VIH et/ou des IST, réalisé dans les délais adéquats : 

  • un mois après la prise de risque, vous pouvez déjà réaliser le dépistage de la plupart des IST (ex. syphilis, hépatite B ou C).
  • le test VIH, inutile avant 1 mois, est déjà indicatif aux alentours de 6 semaines après la prise de risque. Mais pour que le résultat du test VIH soit fiable à 100%, il faut toujours le réaliser au moins 3 mois après la prise de risque.

Prise de risque il y a au moins 3 mois:

Vous pouvez réaliser le (dernier) test de contrôle du VIH. Car ce n’est que 3 mois après la prise de risque que le test de dépistage du VIH est valable à 100%. Si le test est effectué avant ce délai, il n’aura qu’une valeur indicative.

Vous êtes séropositif

En cas de symptôme d’une IST, consultez votre médecin généraliste/infectiologue au plus vite, afin de vous faire dépister et commencer une prise en charge si nécessaire.

Si vos rapports sexuels ne sont pas toujours protégés, même en l’absence de symptôme, il est important de vous faire tester régulièrement pour les IST (généralement un mois après la prise de risque) afin de vous assurer que vous n’êtes pas porteur d’une IST asymptomatique.

D’autre part, si vous avez couru un risque avec un partenaire séronégatif, il est important qu’il consulte au plus vite pour évaluer la nécessité d’un traitement post-exposition (TPE) dans le cas où votre charge virale n'est pas indétectable.

Qu'est-ce que c'est?

Traitement Post-Exposition = LE TRAITEMENT D'URGENCE CONTRE LE VIH

Le traitement post-exposition (TPE) permet dans certaines conditions de diminuer le risque d'être contaminé par le VIH après une prise de risque (glissement ou rupture du préservatif, non utilisation du préservatif, etc.). Le recours au TPE doit rester exceptionnel. Le préservatif avec du gel lubrifiant reste le moyen le plus simple et le plus économique pour vous protégere fficacement du VIH et des autres IST. 

Pour être efficace, il doit être commencé idéalement dans les heures qui suivent la prise de risque et au grand maximum 72h après.

 

Comment savoir s'il est utile?

Si vous pensez avoir eu une relation sexuelle à risque, il est important d’agir rapidement et de vous rendre dans un Centre de Référence Sida (ou au service d’urgence associé) pour rencontrer un médecin qui évaluera la situation à risque. 
Chaque situation est toujours analysée et évaluée de manière individuelle. Dans certains cas, le médecin vous prescrira le traitement post-exposition.

 

Comment ça fonctionne?

Ce traitement est prescrit par le médecin de la salle d’urgence (ou du Centre de Référence Sida, durant leurs horaires d'ouverture) sous certaines conditions. La prescription se fait sur base des éléments recueillis lors d'un entretien avec le médecin afin d’analyser le contexte de la prise de risque. 

Ce traitement doit être pris le plus rapidement possible, idéalement dans les heures qui suivent la prise de risque jusqu'à 48h (et au grand maximum 72h après). 
Plus vite le traitement est pris, plus il a de chances d’être efficace.

Il s’agit d’un traitement lourd qui doit être pris durant 4 semaines avec un suivi médical  et des prises de sang réparties sur six mois.
Même si on présume qu’il peut fortement empêcher une contamination, son efficacité n’a pas été démontrée formellement.

Dans la mesure du possible, emmenez avec vous le partenaire avec qui l’accident de protection ou le risque a eu lieu, afin qu’il puisse répondre à certaines questions importantes du médecin, voire faire un test de dépistage du VIH/IST. 

Le traitement post-exposition est gratuit pour le patient indépendamment de sa «couverture mutuelle» et de son statut de séjour. 

Seuls les consultations et les frais médicaux divers (prise de sang, éventuelle prise en charge psychologique, etc.) restent à charge du patient et de sa couverture de soins de santé habituelle.

Agir vite!

Le temps est un facteur déterminant dans l’efficacité du traitement : plus tôt il est pris, plus efficace il sera. L’idéal est de le recevoir le plus rapidement possible et au grand maximum 72h après la prise de risque, une rupture ou un glissement de préservatif. 
En effet, ce traitement a pour objectif de détruire le virus avant que celui-ci ne franchisse les barrières de protection de l’organisme. 

Si vous êtes hors délais pour le TPE, rendez vous chez votre médecin ou dans un centre de référence pour faire un premier bilan (dépistage du VIH et des IST).

Précautions

Ce traitement est lourd et fonctionne comme une trithérapie durant 4 semaines. Il peut occasionner des effets secondaires éventuels: nausées, vomissements, maux de tête, etc. 
Un suivi médical durant 6 mois est également nécessaire. 

Le traitement d'urgence n’est valable que pour le VIH et n’a aucune action sur les autres IST (syphilis, gonorrhée,…). 
A noter que la délivrance du TPE s’accompagne toujours d’un dépistage des autres IST.

Le recours au traitement post-exposition doit rester exceptionnel. Il ne peut pas être considéré comme un moyen d’avoir des relations sexuelles non protégées. 
Le préservatif avec du gel lubrifiant à base d'eau reste le moyen le plus sûr pour vous protéger du VIH/Sida et des autres IST.

Où est-il disponible?

Contactez les services d’urgence rattaché chaque hôpital ayant un Centre de référence SIDA pour plus d’info sur le TPE :

Région Bruxelloise

  • CHU Saint-Pierre: 02 535 40 55
  • ULB-Erasme: 02 555 45 00
  • St-Luc/UCL: 02 764 16 02
  • UZ VUB : 02 477 51 00

Région Wallonne

  • CHU Charleroi: 071 92 34 33
  • CHU Liège: 04 366 77 11
  • CHU Mont-Godinne

Région Flamande

  • ITG Anvers: 03 216 08 65
  • UZ Gand: 09 332 50 24
  • UZ Leuven: 016 34 39 00
éléments relatifs
t'y vas?

SAUNA MACHO BRUXELLES - TEST OUT - Dépistage Démédicalisé Délocalisé Anonyme & Gratuit

Tu voudrais faire le point sur ton statut sérologique ? Ex Aequo organise plusieurs fois par semaine sa permanence de...Lire plus

t'y vas?

SAUNA CLUB 3000 BRUXELLES - TEST OUT - Dépistage Démédicalisé Délocalisé Anonyme & Gratuit

Tu voudrais faire le point sur ton statut sérologique ? Ex Aequo organise plusieurs fois par semaine sa permanence de...Lire plus

t'y vas?

SAUNA OASIS BRUXELLES - TEST OUT - Dépistage Démédicalisé Délocalisé Anonyme & Gratuit

Tu voudrais faire le point sur ton statut sérologique ? Ex Aequo organise plusieurs fois par semaine sa permanence de...Lire plus

t'y vas?

Dépistage Démédicalisé Délocalisé Anonyme & Gratuit

Tu voudrais faire le point sur ton statut sérologique ? Ex Aequo organise plusieurs fois par semaine sa permanence de...Lire plus

t'y vas?

TEST OUT - Dépistage Démédicalisé Délocalisé Anonyme & Gratuit

Tu voudrais faire le point sur ton statut sérologique ? Ex Aequo organise plusieurs fois par semaine sa permanence de...Lire plus

t'as entendu?

Aujourd'hui c'est la Journée mondiale contre le VIH/sida. Un moment pour se remémorer les victimes du virus, mais aussi...Lire plus

t'as entendu?

Le professeur Jean-Christophe Goffard dirige le centre de référence Sida de l’Hôpital universitaire Erasme (ULB). Une...Lire plus

sais-tu?

Dépistage rapide du VIH/Sida et/ou IST.Lire plus

Posté le: 
16.06.2016
t'as lu?

Je me fais dépister now!

C'est le seul moyen de savoir si on est porteur du VIH ou d'une autre IST (ex : syphilis, gonorrhée).Lire plus

t'as lu?

En recherche d'un médecin ouvert d'esprit?

LES TRÈS TRÈS BONS MÉDECINS EXISTENT ! Pour les patients gays et/ou vivant avec le VIH, il n’est pas toujours facile de...Lire plus